Le génie de Champollion révélé

Au fil des siècles, la façon de calligraphier les lettres s’est modifiée. L’écriture a été longuement agrémentée de boucles et de fioritures. L’effet produit se voulait esthétique, mais il répondait surtout à une norme sociale, à une façon d’être et de s’exprimer. On y verra la courtoisie, le respect des formes, mais aussi de l’artifice dans la façon de dire les choses ainsi qu’une forte référence au passé. Autant d’attitudes qui se veulent en accord avec la mentalité du groupe.

Evidemment, au sein de cette approche très globale concernant les graphismes du passé, il va de soi que chaque écriture révèle une personnalité unique. D’ailleurs, je ne résiste pas (comme promis) au plaisir de vous présenter l’écriture de Jean-François Champollion né au 18e siècle. Je ne reviens pas ici sur ce qui l’a rendu célèbre – vous pouvez par exemple lire une visite guidée du musée Champollion.

écriture de Champollion

Comparée à toutes les écritures de son époque, celle de Champollion est d’une modernité étonnante. En effet, elle est sobre, simplifiée avec une multitude de petites combinaisons personnelles. Certaines lettres sont même réduites à un substrat, tels les « s » en petits bâtons verticaux. Comparée aux écritures de son temps, elle révèle un être d’exception à l’intelligence brillante avec une forte capacité à s’extraire du modèle social imposé par les convenances de l’époque.

Pas étonnant qu’il ait commis des impairs en politique ! Il écrivit entre autres des satires contre Napoléon et des chansons révolutionnaires. Il fut exilé plus d’un an pour haute trahison. Rien dans son écriture ne révèle le moindre talent dans ce domaine politique !

Par contre, la douceur, la précision, la clarté et les multiples ouvertures vers le haut (dans les « o », les « a ») donnent une indication au graphologue sur les motivations : c’est le domaine de la pensée et un idéal élevé qui ont guidé toute la vie de Champollion. L’âme d’un chercheur mais avec une grande sensibilité, et c’est bien ce que l’on retient de lui.

Sylvie Chermet-Carroy

Publicités