Famille et séparations

Dans son dessin, l’enfant exprime ses sentiments. A travers les couleurs, l’emplacement des personnages ou parfois un scénario, il nous livre ses attentes ainsi que ses doutes. Lorsqu’il trace un bonhomme, c’est lui-même qu’il représente. Les personnages ne sont jamais représentés « au hasard ». Ainsi un petit groupe familial reflète avant tout « sa » famille.

L’interprétation des dessins peut servir d’alerte dans les moments délicats. Ainsi lors d’un divorce on peut voir l’évolution de l’enfant, sa façon d’intégrer la situation. Ses productions graphiques durant cette phase permettent à l’adulte de mieux l’aider dans cette période délicate. L’impact de la situation peut effectivement avoir une incidence sur sa confiance en lui, sa performance scolaire ou sur le plan relationnel en général.

Feu rouge ?

Dans ce type d’approche, je préfère le dessin assez libre plutôt que des directives très nettes telles que « dessine ta famille ». En effet en laissant cette liberté, la représentation des parents ou de la situation offre un éventail de possibilités qui est plus vaste. Ainsi les parents sont parfois représentés par…des animaux ou le divorce par un chemin entre deux mondes (celui des deux parents).

Maison X2 - Fille 6 ans

Dessin de Doriane (6 ans)

L’enfant se plaît spontanément à dessiner une maison. J’ai souvent remarqué qu’au moment de la séparation des parents, ce n’est plus « une » maison qui est représentée, mais deux maisons, à l’image des deux foyers. Par exemple dans les dessins de Doriane, 6 ans, deux maisons apparaissent avec la petite voiture qui va de l’une à l’autre.

Regardez sur la droite: un feu de signalisation est dessiné. Que nous impose un feu rouge ou un feu vert? Il rappelle la règle, un interdit ou une autorisation. Doriane vit cela comme une réglementation stricte: elle a le droit ou pas d’aller chez l’un ou l’autre de ses parents. C’est une contrainte qu’elle s’efforce d’intégrer mais elle le vit comme quelque chose de rigide.

La séparation est de taille; une montagne !

G8adivorceDessin de Jérôme (8 ans)

Dans les dessins comme en graphologie, la symbolique gauche et droite nous renseigne respectivement sur la relation à la mère et la relation au père. Jérôme dessine en plein milieu de la page, une montagne avec un skieur qui passe d’un côté puis de l’autre. C’est sa façon de nous « raconter » cette division avec l’alternance d’un parent à l’autre. La séparation est de taille; une montagne ce n’est pas rien! Cependant les formes sont rondes. La douceur relative marquée par la courbe indique que Jérôme est phase d’adaptation. Pourtant ce n’est pas gagné! En effet le rouge prédominant traduit sa colère ou son agitation.

Deux foyers

Divorce Anne-Laure

Les dessins d’Anne-Laure, sept ans.

Lorsque la séparation des parents a été annoncée, Anne-Laure a dessiné des maisons bancales et notamment une maison brisée avec les pierres qui tombent. Quelques mois plus tard elle dessine spontanément deux couples. C’est symboliquement les deux couples parentaux: à gauche le foyer maternel, à droite le foyer paternel. Les deux couples sont quasiment symétriques. Les deux hommes portent le même costume. Anne-Laure, dans cette phase d’intégration, met les deux foyers sur le même plan. Enfin pas tout à fait. La mère à gauche est plus importante (plus grande, plus forte). Elle a des fleurs dans les mains, signe de tendresse et de partage affectif. Le père représenté par l’homme qui est à droite, est un peu plus grand que celui de gauche. Son chapeau est rectangulaire, alors que celui de gauche est rond (symboliquement plus doux et moins viril). Cela nous montre que le père garde son image de supériorité pour la petite fille. Dans la réalité Anne-Laure vit avec sa mère et son beau-père. Elle est en train d’intégrer cette nouvelle situation. On a même deux soleils! Oui, mais celui de gauche fait grise mine alors que du côté du père c’est un grand sourire. Que la maman ne s’inquiète pas, cela veut dire simplement que vivant chez sa mère Anne-Laure aimerait partager davantage avec son père. Est-ce un bon pronostic? Oui, c’est excellent mais l’évolution de la petite fille n’est pas terminée. Les visages sont flous, sans les yeux, la bouche, les oreilles, qui permettent de communiquer. C’est déjà une très belle avancée pour cet enfant qui reconstruit pour le moment son équilibre.

Sylvie Chermet-Carroy

Site sur l’interprétation des dessins d’enfant
Graphologue,Cours de graphologie et d’interprétation des dessins d’enfant.
Auteur de « Comprenez votre enfant par ses dessins » Editions Sand
« Ce que révèlent vos gribouillis » Le Courrier du Livre
« Interprétez les lettres et les chiffres dans l’écriture » Editions Exergue

Publicités