L’Hermione et La Fayette

La-FayetteL’Hermione, frégate empruntée par Le marquis de La Fayette en 1780, reprend la mer dans une reconstitution exceptionnelle. Il faudra six semaines aux participants pour traverser l’Atlantique et être accueillis en Amérique.
La Fayette avait à peine 20 ans lorsqu’il partit pour un premier voyage « prêter main-forte » aux insurgés américains contre l’Angleterre.

« Du premier moment où j’ai entendu prononcer le nom de l’Amérique, je l’ai aimée; dès l’instant où j’ai su qu’elle combattait pour la liberté, j’ai brûlé du désir de verser mon sang pour elle« 

Idéalisme, courage exceptionnel ou… ambition?
Dans sa progression sociale, il semble que le Vieux Continent n’ offrait pas tant de possibilités pour faire ses preuves à haut niveau. L’insurrection de la colonie anglaise donne au marquis de La Fayette une chance inespérée d’exploiter ses talents et de satisfaire son ambition.

Voyons ensemble ce que nous dit son écriture.

lafayette1
premier document est rédigé en 1777. Le graphisme est caractéristique par son angulosité fortement marquée (les « m » et les « n » notamment), et la raideur du mouvement. Ces deux caractéristiques traduisent l’exigence, la force morale, le courage, une volonté qui s’exprime avec une dureté implacable. On y voit aussi la réflexion car le mouvement est retenu, bien maîtrisé. Cette écriture est remarquable pour un homme qui a tout juste vingt ans.
Elle traduit une personnalité qui avance coûte que coûte sans états d’âme. La signature est sobre, quasiment moderne. Serait-ce un esprit en avance sur son temps? Il avait voulu abolir l’esclavage, trouver un compromis entre la royauté et les révolutionnaires. N’empêche que l’aiguillon sous la signature n’exclut pas quelques violences programmées à moins qu’il ne s’agisse d’auto-défense.
Le 17 juillet 1791, Commandant en chef de la garde nationale, il donne l’ordre d’ouvrir le feu sur les manifestants qui s’étaient regroupés au Champ-de-Mars pour réclamer la déchéance du roi.

Douceur et stratégie

lafayette2
Le marquis aurait-il changé? Cette écriture de 1792 présente de la raideur certes, mais plus de douceur dans le contact sur la ligne et dans la forme des lettres. On retrouve bien sûr quelques aiguillons bien pointues comme dans les « l » de « l’assurance », « l’intérieur ». Le corps des lettres est plus petit qu’auparavant. Le personnage est plus introverti et finalement plus humain. La signature se termine par une forme courbe qui nous évoque la stratégie sans perdre pour autant son acuité ni sa qualité de répartie (l’aiguillon final). L’homme a changé. Il est plus secret, plus modéré et plus versé dans la stratégie. L’évolution d’une écriture relate les changements au sein de la personnalité.

Sylvie Chermet-Carroy

Consultations et cours

Mon site

Publicités