Ce que les écritures enjolivées révèlent de leur époque

Découverte étonnante que ce livre du 17e siècle trouvé récemment! Objet rare s’il en est et mine incroyable pour le graphologue puisque tout le texte est écrit à la main! On aimerait pouvoir le feuilleter. Peut-être pour les recettes de cuisines qu’il contient mais surtout pour ces calligraphies rédigées au fil du temps ! Les calligraphies s’échelonnent du 17e au 19e siècle.

Les écritures étaient-elles si différentes de celles d’aujourd’hui ? Et que penser de toutes ces boucles, fioritures et formes enjolivées des temps anciens ?

Ecriture ancienne 1

Que remarque-t-on ici dans ces trois exemples (écritures de 1802 à 1850 extraites de documents notariés). On voit des majuscules très chargées. Or la majuscule en graphologie représente le paraître social. On peut en conclure que l’image sociale, la bienséance et les bonnes manières étaient d’une grande importance avec de l’artifice et une belle façon de présenter les choses.

Vous allez dire, aujourd’hui aussi ! Certes mais actuellement les écritures sont très libres et toutes personnalisées. On peut en conclure qu’aujourd’hui l’exigence de la représentativité est moindre qu’à cette époque et qu’il est permis de s’en affranchir.

Ecriture  ancienne 2

Par ailleurs, on remarque de nombreuses formes enroulées et en coquille qui reviennent vers l’arrière. En graphologie, les mouvements de retour vers la gauche sont la marque d’un retour au passé. La conclusion est que le passé était la référence. Il ressort qu’auparavant, on s’appuyait davantage sur des valeurs anciennes et qu’on s’appliquait à les perpétuer. C’était en quelque sorte la norme.

Aujourd’hui, il existe une diversité fabuleuse d’écritures. A partir du modèle appris, l’individualité et l’originalité s’expriment davantage. La société l’accepte et parfois l’encourage. Lorsqu’on enseigne une façon d’écrire, une transmet aussi des valeurs, une façon d’être et en tout cas un modèle.

Ecriture  ancienne 3

Evidemment, au sein de cette approche très globale concernant les graphismes du passé, il va de soi que chaque écriture révèle une individualité. Certaines personnalités se démarquent même de leur époque. Par exemple, Jean-François Champollion, dont je vous présenterai l’écriture dans mon prochain billet.

Sylvie Chermet-Carroy

Publicités