François Bayrou, une écriture fabriquée de A à Z ?

BAYROU François

Les périodes électorales nous offrent des discours et des projets qui peuvent faire évoluer la société.

Et les écritures alors ? Que nous disent-elles ? Quelquefois le graphisme cadre bien avec la personnalité, avec la façon de nous présenter les choses. Tant mieux ! Dans certains cas, la face cachée du personnage pourrait assombrir son prestige.

Dans tous les cas, l’image est, comme on le sait, tellement importante en politique ! Vous avez remarqué que les politiciens nous mettent souvent un petit mot écrit à la main pour dire qu’ils comptent sur nous et qu’ils aiment la France ?

 Ecrire à la main, cela fait « plus vrai » et dans ce monde tellement informatisé, un peu d’humanité cela fait du bien.

Regardons ce texte écrit en principe par François Bayrou.

Bayrou écriture informatique

 Franchement, vous ne trouvez pas que cette écriture est superbe ? Agréable à lire, bien régulière.

Bayrou signature

La signature m’intéresse davantage. Elle est plus libre dans son mouvement, avec  alternance de formes bien nettes et d’autres plus pâteuse. La signature vit. Elle est comme l’homme dynamique, en mouvement vers le futur car légèrement inclinée à droite et montante. Ses formes sont précises et souples, à l’image d’une forme de pensée claire et réceptive. Les majuscules sont fermes mais simples ce qui dénote une personnalité affirmée qui assume sa simplicité, une proximité humaine. On remarque que le F de François est plus large que le B de Bayrou ce qui révèle l’importance de l’enfance, de l’attache à l’histoire familiale tout en étant avide d’aller de l’avant (le petit crochet du « y » est très incisif et tourné vers la droite). Une personnalité riche en somme !

Tiens quelle drôle d’idée avec ces graphologues ! Ils ont toute une belle page et ils se précipitent sur quoi ? Sur une petite signature !

Eh bien voilà, c’est que ce texte est trop beau pour être vrai ! Il est artificiel ! Comment cela allez vous dire ! On voit bien que c’est manuscrit ! Pour sûr.

Mais regardez de plus près : tous les « o » sont exactement pareils, un peu ouvert en haut à gauche. Tous les « f » sont tracés avec la même barre oblique au millimètre près. Tous les « i » sont minuscules, bien nets avec le  point exactement à la même distance. Vous y arrivez vous, à faire tous vos « o » et vos « f » exactement à  l’identique ? Impossible, même si on s’applique. Et la marge de droite impeccable, tirée au cordeau. Essayez un peu, vous allez voir !

Conclusion : cette écriture est reproduite informatiquement. Comment la réaliser ? On prend dans votre texte un seul exemplaire de chaque lettre, et le tour est joué. Vous pouvez taper sur votre clavier et on pourra croire (sauf les graphologues et sauf vous maintenant) que tout a été écrit à la main.

Que conclure pour François BAYROU ? Est-ce une ruse, un stratagème pour tromper son monde ?

La signature fait dire que NON, c’est sans doute plutôt par désir d’harmonie. Rien dans la signature ne nous entraine sur une autre piste. Ouf, il s’en sort bien ! Parce que parfois avec la graphologie, ça craint.

Sylvie Chermet-Carroy,

Graphologue, cours, consultations,

Auteure de « Interpréter les chiffres et les lettres dans l’écriture » Editions Exergue »  avril 2014.

Site de graphologie

Publicités

300.000 $ pour un poème d’Edgar Allan Poe !

Edgar POE Photo + Signature1Même dans la vente aux enchères, personne ne s’attendait à un tel exploit ! On espérait 20 000$ au plus pour ce texte de la main d’Edgar Poe, poète et romancier américain né à Boston en 1809 !

Le collectionneur n’a que 10 jours pour vérifier l’authenticité du document grâce à … la graphologie bien sûr ! Une question sur ses motivations : la passion de la poésie, le placement financier (ça m’étonnerait vu le montant !), la fascination pour cet auteur hors du commun avec ses ambiances mystérieuses, les intrigues policières, la frontière entre le réel et le surnaturel ?

La vie d’Edgar Poe (Allan du nom de ceux qui l’ont recueilli) a été à l’image de ses écrits, tourmentée et marquée par la mort dès l’enfance. Orphelin puis endeuillé de sa bien-aimée, il a projeté son âme dans l’œuvre que nous lui connaissons.

Ses « Histoires extraordinaires » traversent les siècles. Ses écrits laissent une impression forte, « Le masque de la mort rouge », « la chute de la maison Usher ». Tout ce qu’il faut pour inspirer d’autres courants culturels !

Effectivement son influence sur la modernité, la littérature fantastique et le cinéma, les films noirs, sont indéniables. Est-ce qu’Alfred Hitchcock ne s’en serait pas inspiré, par hasard ? Faites un petit tour du côté du musée d’Orsay, vous allez voir!http://www.musee-orsay.fr/index.php?id=641&tx_ttnews%5Btt_news%5D=32071&no_cache=1

Que nous révèle l’écriture d’Edgar Allan Poe ?

Edgar Poe écriture

L’inclinaison vers la droite avec des finales de mots courbes et délicates comme dans « me » à la dernière ligne, ou puissantes dans « know » (3ème ligne) nous signalent un comportement tourné vers les autres qui peut être réservé, délicat mais aussi impulsif. Les liaisons bien soutenues traduisent une forte détermination malgré un trait parfois grêle et irrégulier qui nous montre une vitalité fragile. Le tempérament est donc puissant mais avec une énergie fluctuante, une affirmation de soi instable ce qui ne porte pas atteinte au sens critique remarquable (toutes les petites pointes). Il a d’ailleurs été critique littéraire ! La douceur de certains traits exprime une vulnérabilité affective d’autant plus troublante que les lettres « o » petites et remplies d’encre (comme dans « to be loved » dernière ligne) expriment un désespoir face à la destinée (la signification des lettres est développée dans mon cours par correspondance http://chermetcarroy.free.fr/ ). Comme par hasard c’est dans les termes d’amour « to be loved » que la symbolique du « o » donne ici toute sa gravité.

Mort à 40 ans, retrouvé plus ou moins dépenaillé dans la rue, Edgar Allan Poe a fasciné de multiples écrivains après lui. C’est Charles Beaudelaire qui l’a traduit en Français .

http://www.liredesnouvelles.com/etude-litteraire/55-petite-theorie-de-la-nouvelle-baudelaire-et-edgar-allan-poe

Au fait, j’allais oublier de vous dire : Edgar Poe, esprit ouvert aux mystères de la vie, s’est intéressé à…devinez quoi !  Eh oui ! A la graphologie qu’il a d’ailleurs utilisée !

Le poème « Annabel Lee » dont vous lisez un extrait a été publié quelques jours après sa mort. L’écriture figure dans « Edgar Allan Poe » de Georges Walter chez Flammarion.

Sylvie Chermet-Carroy

Un scandale mondial ! Qui est Edward SNOWDEN !

En juillet 2013 Edward Joseph SNOWDEN ancien employé de la CIA et de la NSA fait des révélations exceptionnelles aux médias. Il livre de façon détaillée, les programmes de surveillance et les systèmes d’écoute qui font intrusion dans la politique, la finance, l’industrie, et qui concernent les pays européens ainsi que le monde entier.

Le Washington Post et le Guardian ont rendu publiques ces informations. Il s’ensuit de multiples réactions en chaîne au sein des états. Edward SNOWDEN accusé d’espionnage et de vol est inculpé le 22 juin 2013. En juillet il demande asile à  la Russie.  http://rt.com/news/lawyer-asylum-russia-snowden-164/

Image

Penchons-nous sur ces quelques lignes écrites de sa main.

Son écriture nous révèlerait-elle un secret ? Pas vraiment ! Elle est claire avec un trait précis et bien appuyé. De plus elle a une dominante cérébrale : Edward Snowden est parfaitement conscient de ses engagements ! Sa démarche n’est donc pas un coup de tête !

On note un bon équilibre entre les mouvements qui vont vers le haut (les « d », les « l ») et les traits qui ont un bon appui vers le bas (les « y », les « p »).  Il existe donc un investissement dans le domaine de la pensée et des idées mais aussi la capacité à matérialiser celles-ci.

Cependant, l’ensemble est assez instable avec des envolées (« possibility ») et des mots qui chutent brusquement ((« me » deuxième ligne). Il y a donc alternance d’emballement puis d’abattement.

Allons plus loin ! On remarque un texte qui est écrit de plus en plus gros. Comparez l’intitulé en haut à droite « To Federal Migration » à la fin « Federation » et même la date écrite encore plus gros ! Ceci est la marque d’une tendance à l’exaltation. De tempérament introverti, il s’emballe au fur et à mesure qu’il agit.

Attention ! Quand j’effectue une analyse pour mes consultants, je demande toujours un document de qualité. Ici, c’est une photo prise en biais. On doit en tenir compte.

Un élément majeur : sa signature immense par rapport au texte. C’est un désir de reconnaissance et ici une tendance, disons-le,  à la mégalomanie. C’est peut-être pour cela qu’il a osé franchir toutes les barrières ou probablement aussi par soif de liberté et également parce qu’il privilégie le monde des idées !

Sylvie Chermet-Carroy

Ce que les écritures enjolivées révèlent de leur époque

Découverte étonnante que ce livre du 17e siècle trouvé récemment! Objet rare s’il en est et mine incroyable pour le graphologue puisque tout le texte est écrit à la main! On aimerait pouvoir le feuilleter. Peut-être pour les recettes de cuisines qu’il contient mais surtout pour ces calligraphies rédigées au fil du temps ! Les calligraphies s’échelonnent du 17e au 19e siècle.

Les écritures étaient-elles si différentes de celles d’aujourd’hui ? Et que penser de toutes ces boucles, fioritures et formes enjolivées des temps anciens ?

Ecriture ancienne 1

Que remarque-t-on ici dans ces trois exemples (écritures de 1802 à 1850 extraites de documents notariés). On voit des majuscules très chargées. Or la majuscule en graphologie représente le paraître social. On peut en conclure que l’image sociale, la bienséance et les bonnes manières étaient d’une grande importance avec de l’artifice et une belle façon de présenter les choses.

Vous allez dire, aujourd’hui aussi ! Certes mais actuellement les écritures sont très libres et toutes personnalisées. On peut en conclure qu’aujourd’hui l’exigence de la représentativité est moindre qu’à cette époque et qu’il est permis de s’en affranchir.

Ecriture  ancienne 2

Par ailleurs, on remarque de nombreuses formes enroulées et en coquille qui reviennent vers l’arrière. En graphologie, les mouvements de retour vers la gauche sont la marque d’un retour au passé. La conclusion est que le passé était la référence. Il ressort qu’auparavant, on s’appuyait davantage sur des valeurs anciennes et qu’on s’appliquait à les perpétuer. C’était en quelque sorte la norme.

Aujourd’hui, il existe une diversité fabuleuse d’écritures. A partir du modèle appris, l’individualité et l’originalité s’expriment davantage. La société l’accepte et parfois l’encourage. Lorsqu’on enseigne une façon d’écrire, une transmet aussi des valeurs, une façon d’être et en tout cas un modèle.

Ecriture  ancienne 3

Evidemment, au sein de cette approche très globale concernant les graphismes du passé, il va de soi que chaque écriture révèle une individualité. Certaines personnalités se démarquent même de leur époque. Par exemple, Jean-François Champollion, dont je vous présenterai l’écriture dans mon prochain billet.

Sylvie Chermet-Carroy