LE SEIGNEUR DES ANNEAUX

Étrangeté dans l’écriture d’un auteur, John Ronald Reuel TOLKIEN.

Alors que je ne suis pas une habituée de la littérature fantastique, me voilà étonnamment captivée par l’écriture de John Ronald TOLKIEN !

tolkien photo

Né en 1892 en Afrique du Sud, de parents anglais, Tolkien est encore présent par la force de ses récits. Parmi ses innombrables créations littéraires, récits, poèmes, langues inventées, mondes fabuleux où se mêlent les forces du bien et du mal, les elfes et les dragons, la création de J R R Tolkien inspire encore aujourd’hui, la littérature et le cinéma. Ses fans vont en pèlerinage sur les lieux de tournage, cherchant à s’imprégner des ambiances si particulières de certains paysages et probablement en quête d’autre chose, de l’indicible qui sommeille en eux.

Pourquoi cette écriture et pas une autre ?

 Feuilletant tranquillement un bel ouvrage de chez Gallimard « L’or des manuscrits » simplement pour voir.  Eh bien voilà, au tournant d’une page, arrêt sur image ! Je suis subjuguée.  Cette écriture m’interpelle ! La richesse de l’imaginaire côtoie une sensibilité extrême. Je me mets en quête d’autres documents.

Et là, l’histoire continue ! Car dans ses courriers, dans ses notes, J R R Tolkien, fait apparaître des symboles anciens mêlés à la modernité de son graphisme. Intriguée, disons-le franchement : j’observe la présence du Moyen Age dans son écriture ! En effet, des formes anciennes  ponctuent  subrepticement cette écriture d’aujourd’hui.  Bizarre…  c’est le moins que l’on puisse dire !

Regardons ensemble ces formes anciennes, si particulières, caractéristiques d’un autre temps. Rappelons que ce n’est pas juste un détail qui est significatif, ce n’est pas juste un élément isolé qui compte. C’est la constante, la forme répétitive qui est intéressante. Celle que l’on retrouve dans de nombreux documents de l’auteur.

Dans le graphisme de J R R Tolkien, les formes travaillées de certaines majuscules, les mouvements plongeants de certaines lettres donnent une tonalité globale qui m’a rappelé les graphismes des 12ème  et 13ème siècles. Allons vérifier ensemble.

Ecriture 12è siècleÉcrit du 12ème siècle

TOLKIEN 1923

Signature de J R Tolkien en 1923

Les formes travaillées, l’épaisseur des traits, le mouvement qui monte en panache dans le « l » de Tolkien et même ce côté « rassemblé » voire pictural de la signature, la lenteur également du tracé, sont autant d’éléments de ressemblances, qui font dire que le présent est nourri du passé. Pas n’importe lequel, cette époque précisément, le 12ème siècle.

TOLKIEN intro

Dans cet extrait de lettre, les majuscules notamment reproduisent le tracé médiéval. Les « s »  avec leur forme serpentine, les « A » comme dans « American » au deuxième paragraphe à comparer à « Actum » dans le document juridique ci-dessous de 1144.

Ecriture 1144Écrit de 1144

Ce qui est frappant c’est en particulier les grand « f » de J R Tolkien qui dessinent une sorte de crosse au-dessus de la ligne et se terminent par une forme plongeante sous la ligne, comme dans « delightful » et « comforting » lignes 2 et 3 de la lettre. Regardez le texte de 1144. C’est le même tracé, même s’il s’agit d’une autre lettre alphabétique au Moyen Age (c’est un « s » que l’on traçait ainsi).

Autre exemple les « d » en courbe souple vers la gauche avec une petite forme empâtée dans le haut, très net dans « edition » dernière ligne , tracés ainsi au Moyen Age, visibles dans le document du 12ème siècle ci-dessus.

signature de cardinal 16ème 002Signature d’un  cardinal 16ème siècle

TOLKIEN signature texteSignature de J R R Tolkien avec formule de politesse

Sans y chercher un duplicata du passé, on remarque cependant des similitudes dans la gestuelle qui trace la signature du présent de Tolkien, et les formes des siècles passés, arabesques souples qui étaient en accord avec la mentalité d’une autre époque.

La question qui vient à l’esprit : est-ce intentionnel de la part de J R Tolkien ? Lui qui a été passionné très tôt par les sagas nordiques, les langues anciennes, la mythologie, le Moyen Age, après tout ne se serait-il pas « amusé » à glisser quelque graphisme ancien dans son écriture,  histoire de rêver un peu ?

On peut supposer que cet universitaire,  chercheur et écrivain mondialement connu, ne s’est pas forcément attardé à cela. De plus c’est très difficile de se « fabriquer » une écriture et encore plus de s’y tenir. Dans les courriers, les notes personnelles, les lettres ordinaires, pourquoi se donner cette peine ? La richesse de son imagination et de sa créativité l’a porté au pinacle de la création littéraire. Par contre, il est vrai que notre inconscient nous joue parfois des tours, en formulant un lapsus, en créant une situation à laquelle on ne s’attendait pas. Ces formes anciennes sont probablement créées à son insu, avec autant de puissance d’ailleurs que sa passion qui l’a amené très tôt dans l’enfance, à inventer des langues, à puiser dans la mythologie pour réinventer sa vie mais peut-être aussi pour nourrir la quête d’une autre dimension.

Sylvie Chermet-Carroy

Graphologue, Cours et Consultations

Mon site

Auteure de « La signature ou l’intimité dévoilée » Guy Tredaniel Editeur.

« Interpréter les lettres et les chiffres dans l’écriture » Exergue. Parution avril 2014.

Pour découvrir J R R TOLKIEN : à lire absolument  « 3 Minutes pour comprendre l’univers de TOLKIEN », très documenté et passionnant. Le courrier du Livre.

Publicités