Nadja est entrée à la Bibliothèque Nationale avec Breton.

André_Breton_1924

André Breton est né en 1896 dans une famille modeste. Etudiant en médecine il fut mobilisé lors de la première guerre mondiale, en 1916 et affecté en tant qu’infirmier dans un service neurologique. Là, il découvre les pathologies mentales. Fasciné par ce domaine, il refuse d’y voir un simple dérangement de l’esprit mais au contraire, il y décèle un puits de créativité.

Considéré comme le chef de file du surréalisme, André Breton se lie avec Aragon, Soupault, Desnos, Apollinaire. Le « manifeste du surréalisme » est publié en 1924. André Breton participe au mouvement Dada. Fasciné par les mécanismes de la pensée, il explore les états hypnotiques. Il découvre « l’écriture automatique » et s’élève contre le conformisme et les préjugés.

Le courant surréaliste a pris une ampleur internationale avec des déclinaisons dans toute forme artistique et peut être aussi considéré comme un mode de vie.

Au cours de la deuxième guerre mondiale, sous le gouvernement de Vichy, on dénonce André Breton comme « un anarchiste dangereux »! Il est mis en prison préventivement. Libéré, il se réfugie aux USA. De retour à Paris en 1946, André Breton intervient contre le colonialisme français et défend en même temps le droit à « l’objection de conscience ».

Et Nadja dans tout cela? Une femme mystérieuse dont la relation avec André Breton a inspiré le roman du même nom, en partie autobiographique. Il s’agit d’une jeune femme que la misère à conduit à la prostitution. André Breton garde ses écrits, ses dessins, la pousse également dans ses retranchements en analysant sa pensée. Il la considère comme « un génie libre ». Nadja perd la raison et est internée en hôpital  psychiatrique.

« Nadja » une des œuvres majeures du poète et écrivain André Breton se trouve à la Bibliothèque Nationale de Paris.  Le manuscrit complet! Tout un ensemble de feuillets écrits à la main sur des pages de cahier d’écolier.

La ligne rouge est franchie

André BRETON NadjaManuscrit « Nadja »

Ce qui m’a intéressée au premier regard c’est l’écrit d’un théoricien de la pensée, sur des cahiers d’écolier. André Breton ne cherchait rien de formel, dans aucun domaine. Par ailleurs lorsqu’on écrit sur des pages quadrillées (à l’inverse de la page blanche), cela aide inconsciemment à fixer l’attention, voire la mémoire. On a tout de même l’homme adulte et intellectuel, qui se livre dans un cahier qui symbolise l’enfance. Choix volontaire ou accidentel? En tout cas, ce qui est certain, c’est que sur toutes les pages, André Breton a franchi la ligne rouge. En effet, la marge de gauche tracée en rouge est transgressée.

Les couleurs ont un symbolisme. Elles sont liées à l’émotionnel, à l’énergie. Elles révèlent des tendances. Ici, le rouge qui symbolise entre autres l’autorité, nous intéresse particulièrement. Le rouge est souvent associé à l’interdit (au feu rouge on doit s’arrêter). La marge tracée par un trait rouge dans le cahier d’écolier signale à l’élève qu’il ne doit pas écrire dans cette zone de gauche qui est réservée à l’autorité du maître. D’ailleurs les maîtres notent leurs corrections en…rouge.

En franchissant allègrement et systématiquement la ligne rouge, André Breton nous dit « l’autorité,  on la transgresser quand on le décide ».

André Breton  remet en cause le formalisme, les règles établies. Ce tracé inconscient révèle le choix délibéré de « piétiner » l’autorité. En tout cas de ne pas la subir.

Autre point significatif: le contraste entre des mouvements très appuyés, comme de gros tirets épais (page de gauche), la marque d’un geste rageur et autoritaire, et par ailleurs, la délicatesse d’un tracé constant, presque appliqué avec un trait nuancé (dans la plupart des pages). Personnalité double, qui connaît la finesse, la maîtrise de soi et l’inverse, le domaine des pulsions. Celles-ci s’expriment donc par à-coup, au moment où on ne s’y attend pas. Douceur et rébellion, voilà où nous en sommes à ce stade de l’observation! D’ailleurs André Breton, qui prônait la liberté disait : « En matière de révolte, aucun de nous ne doit avoir besoin d’ancêtres. »

Comprendre et se faire comprendre

André Breton 001

Dans le petit mot à Philippe Soupault, on remarque un trait étrange en début de texte. André Breton trace un tiret avant d’écrire « – est-ce que… » Le tiret est une mise à distance, une attaque symbolique. Malgré l’ouverture et la souplesse de l’ensemble du graphisme, il ressort qu’André Breton traduit ici la crainte de ne pas être entendu ou d’être contesté. En même temps, il ne met pas de majuscule à son début de phrase (la majuscule symbolise le conformisme, l’attitude conventionnelle courante). Cela signale qu’il ne veut pas s’embarrasser de conventions. Normal! Le surréalisme est ouvert à toute liberté. Cela nous dit qu’André Breton était en accord, au fond de sa personnalité, avec le mouvement et la philosophie qu’il a prônés.

Autre remarque: les phrases sont nettement plus appuyées vers la droite que dans la partie gauche du texte. Il y a donc  une insistance, une façon d’accroitre son affirmation au fur et à mesure qu’il avance. Les petites formes massuées (épaissies) en fin de mots à droite confirment une façon peut-être parfois un peu brutale de s’affirmer ou de s’imposer.

Plus profondément la forme tracée en chiffre 8 dans le A de la signature dévoile une souffrance problématique liée à la vie affective. La lettre « a » qui est liée à l’élan vital et à l’amour (voir mon livre) est un peu malmené ici et se transforme en jambage (un grand mouvement vers le bas) qui n’a rien à voir avec le tracé d’un A. Le bas, c’est la matière et la sexualité. La vie affective semble scindée entre l’intellect (le haut tracé comme une envolée) et le bas alourdi dans un dessin clos (dans le 8 on tourne en rond à l’infini). On a donc une forte dualité entre l’amour idéalisé et la passion sexuelle. Une clé, peut-être, pour tenter d’éclairer autant que faire ce peut, l’histoire liée à Nadja qui gardera toujours une immense part de beauté et de mystère.

Sylvie Chermet-Carroy

Graphologue, cours et consultations

Auteure de « interpréter les lettres et les chiffres dans l’écriture » Editions Exergue

« La signature ou l’intimité dévoilée »  Trédaniel Editeur

Mon site

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s