Même les musiciens dessinent !

Même les musiciens dessinent, et en plus, sur leurs partitions ! Alors pourquoi ne pas libérer sa plume, son crayon, enfin tout ce qui nous sert à dessiner et à griffonner !

Nul besoin d’être artiste ni d’être enfant pour oser laisser parler son imagination. Evidemment cette proposition est un peu intéressée ! En tant que graphologue, j’observe, j’apprécie mais aussi je scrute attentivement les dessins de tous. Vous pensez bien ! Enfin n’exagérons rien, je les regarde aussi avec plaisir et je les savoure. Ils véhiculent toujours une forme de légèreté, de beauté. C’est une part de l’âme.

Promenons-nous dans quelques exemples !

MILLER Henry portrait2

L’écrivain américain Henry MILLER, subversif, provocateur, anti-puritain dit un jour « je serai écrivain ou je crèverai de faim ».

Il lui est arrivé dans le dénuement, d’échanger des aquarelles contre de la nourriture ou des habits, mais peut-être pas grâce à ces dessins faits « à la va-vite » ?

Miller Henry dessin tête4

Visage un peu tordu, surmonté d’une forme serpentine.  Celle-ci enfermée dans une cage à l’image de ce qui est « dans la tête » : une inspiration bloquée dans une grille mais bien vivace par son mouvement. Les yeux noirs, comme le sourire et les traits sur les joues augurent d’une ambivalence entre la désespérance et la détermination (car le trait est ferme). Les préoccupations matérielles peuvent freiner la création.

Miller Henry Dessin sexe4

Les symboles sexuels sont bien présents avec les grandes courbes, la prédominance de la bouche pulpeuse et un dessin phallique. Beaucoup de noirceur toutefois imprègne ces dessins. La force de vie et l’inquiétude se côtoient. Henry Miller disait « Peins autant que tu veux et meurs heureux ». http://www.republique-des-lettres.com/miller-9782824900810.php

PUCCINI Portrait

Avec Giaccomo PUCCINI, quel envol !

Puccini dessin + signature

Le dessin sur la partition (une esquisse pour La Bohême), épouse la même amplitude que sa signature, avec un mélange de force et de délicatesse, un mouvement souple au trait tour à tour appuyé et léger, une gestuelle qui respire la joie et l’enthousiasme ! C’est vraiment le graphisme d’un grand sentimental !

Pour écouter sa musique:  http://www.lastfm.fr/music/Giacomo+Puccini

HUGO Victor Portrait

Faire tourner les tables n’est pas donné à tout le monde !

Voici des formes fantastiques, des ectoplasmes et des sortes de fantômes dessinés librement par…devinez qui ? Victor HUGO lors de sa période spirite.

HUGO Victor fantôme4

Victor HUGO procédait à des rituels pour contacter les morts.

Bien sûr il a fait de superbes dessins mais il a également donné libre cours à tous les griffonnages. http://expositions.bnf.fr/hugo/ Victor Hugo ajoutait de la suie, du marc de café pour faire des effets spéciaux.

Alors, est-ce que vous osez dessiner maintenant ?

Image

Franz KAFKA a parfois agrémenté ses manuscrits de dessins comme avec ces personnages diaphanes.

Image

Le trait léger, les pieds peu solides donnent un côté désincarné avec une dominante cérébrale. Les visages  sont imperceptibles. Cela respire l’anonymat, une identité peu définie, voire un manque de force vitale ou un manque d’attache à la vie. Rien de joyeux dans les romans de Kafka. Avec « le Procès », « La métamorphose », l’angoisse est au rendez-vous.

Ceci est une page de son journal où atteint de tuberculose, il précise « j’écris certainement ceci parce que mon corps me désespère, ainsi qu’un avenir avec lui ».  http://fr.wikiquote.org/wiki/Franz_Kafka

Changeons d’ambiance avec le poète Jacques PREVERT!

Je vous présente le dessin dans sa totalité.

Image

Image

Prévert exagère ! « Est-ce un dessin ? » dirait Magritte. Ou plutôt « Ceci n’est pas une farce ». Non, non ! C’est très sérieux, du véridique absolument !

Jacques Prévert a réalisé ce « dessin » pour payer un repas dans un restaurant parisien aux « Trois Cannettes ». Au fait, est-ce qu’il existe encore ce resto? On pourrait tous y aller avec nos crayons !

Sylvie Chermet-Carroy

http://chermetcarroy.free.fr/

Auteur de « Ce que révèlent vos gribouillis » au Courrier du Livre, pour en savoir plus sur le sujet.

Pour le plaisir des yeux : « HUGO, dessins » Editions Gallimard. « Les plus beaux manuscrits de la musique classique », Editions de la Martinière.

Dans mon prochain billet, ce sont les dessins d’enfants qui seront présentés. Pour voir notamment, comment leur rentrée scolaire est vécue.

Publicités

300.000 $ pour un poème d’Edgar Allan Poe !

Edgar POE Photo + Signature1Même dans la vente aux enchères, personne ne s’attendait à un tel exploit ! On espérait 20 000$ au plus pour ce texte de la main d’Edgar Poe, poète et romancier américain né à Boston en 1809 !

Le collectionneur n’a que 10 jours pour vérifier l’authenticité du document grâce à … la graphologie bien sûr ! Une question sur ses motivations : la passion de la poésie, le placement financier (ça m’étonnerait vu le montant !), la fascination pour cet auteur hors du commun avec ses ambiances mystérieuses, les intrigues policières, la frontière entre le réel et le surnaturel ?

La vie d’Edgar Poe (Allan du nom de ceux qui l’ont recueilli) a été à l’image de ses écrits, tourmentée et marquée par la mort dès l’enfance. Orphelin puis endeuillé de sa bien-aimée, il a projeté son âme dans l’œuvre que nous lui connaissons.

Ses « Histoires extraordinaires » traversent les siècles. Ses écrits laissent une impression forte, « Le masque de la mort rouge », « la chute de la maison Usher ». Tout ce qu’il faut pour inspirer d’autres courants culturels !

Effectivement son influence sur la modernité, la littérature fantastique et le cinéma, les films noirs, sont indéniables. Est-ce qu’Alfred Hitchcock ne s’en serait pas inspiré, par hasard ? Faites un petit tour du côté du musée d’Orsay, vous allez voir!http://www.musee-orsay.fr/index.php?id=641&tx_ttnews%5Btt_news%5D=32071&no_cache=1

Que nous révèle l’écriture d’Edgar Allan Poe ?

Edgar Poe écriture

L’inclinaison vers la droite avec des finales de mots courbes et délicates comme dans « me » à la dernière ligne, ou puissantes dans « know » (3ème ligne) nous signalent un comportement tourné vers les autres qui peut être réservé, délicat mais aussi impulsif. Les liaisons bien soutenues traduisent une forte détermination malgré un trait parfois grêle et irrégulier qui nous montre une vitalité fragile. Le tempérament est donc puissant mais avec une énergie fluctuante, une affirmation de soi instable ce qui ne porte pas atteinte au sens critique remarquable (toutes les petites pointes). Il a d’ailleurs été critique littéraire ! La douceur de certains traits exprime une vulnérabilité affective d’autant plus troublante que les lettres « o » petites et remplies d’encre (comme dans « to be loved » dernière ligne) expriment un désespoir face à la destinée (la signification des lettres est développée dans mon cours par correspondance http://chermetcarroy.free.fr/ ). Comme par hasard c’est dans les termes d’amour « to be loved » que la symbolique du « o » donne ici toute sa gravité.

Mort à 40 ans, retrouvé plus ou moins dépenaillé dans la rue, Edgar Allan Poe a fasciné de multiples écrivains après lui. C’est Charles Beaudelaire qui l’a traduit en Français .

http://www.liredesnouvelles.com/etude-litteraire/55-petite-theorie-de-la-nouvelle-baudelaire-et-edgar-allan-poe

Au fait, j’allais oublier de vous dire : Edgar Poe, esprit ouvert aux mystères de la vie, s’est intéressé à…devinez quoi !  Eh oui ! A la graphologie qu’il a d’ailleurs utilisée !

Le poème « Annabel Lee » dont vous lisez un extrait a été publié quelques jours après sa mort. L’écriture figure dans « Edgar Allan Poe » de Georges Walter chez Flammarion.

Sylvie Chermet-Carroy

Un scandale mondial ! Qui est Edward SNOWDEN !

En juillet 2013 Edward Joseph SNOWDEN ancien employé de la CIA et de la NSA fait des révélations exceptionnelles aux médias. Il livre de façon détaillée, les programmes de surveillance et les systèmes d’écoute qui font intrusion dans la politique, la finance, l’industrie, et qui concernent les pays européens ainsi que le monde entier.

Le Washington Post et le Guardian ont rendu publiques ces informations. Il s’ensuit de multiples réactions en chaîne au sein des états. Edward SNOWDEN accusé d’espionnage et de vol est inculpé le 22 juin 2013. En juillet il demande asile à  la Russie.  http://rt.com/news/lawyer-asylum-russia-snowden-164/

Image

Penchons-nous sur ces quelques lignes écrites de sa main.

Son écriture nous révèlerait-elle un secret ? Pas vraiment ! Elle est claire avec un trait précis et bien appuyé. De plus elle a une dominante cérébrale : Edward Snowden est parfaitement conscient de ses engagements ! Sa démarche n’est donc pas un coup de tête !

On note un bon équilibre entre les mouvements qui vont vers le haut (les « d », les « l ») et les traits qui ont un bon appui vers le bas (les « y », les « p »).  Il existe donc un investissement dans le domaine de la pensée et des idées mais aussi la capacité à matérialiser celles-ci.

Cependant, l’ensemble est assez instable avec des envolées (« possibility ») et des mots qui chutent brusquement ((« me » deuxième ligne). Il y a donc alternance d’emballement puis d’abattement.

Allons plus loin ! On remarque un texte qui est écrit de plus en plus gros. Comparez l’intitulé en haut à droite « To Federal Migration » à la fin « Federation » et même la date écrite encore plus gros ! Ceci est la marque d’une tendance à l’exaltation. De tempérament introverti, il s’emballe au fur et à mesure qu’il agit.

Attention ! Quand j’effectue une analyse pour mes consultants, je demande toujours un document de qualité. Ici, c’est une photo prise en biais. On doit en tenir compte.

Un élément majeur : sa signature immense par rapport au texte. C’est un désir de reconnaissance et ici une tendance, disons-le,  à la mégalomanie. C’est peut-être pour cela qu’il a osé franchir toutes les barrières ou probablement aussi par soif de liberté et également parce qu’il privilégie le monde des idées !

Sylvie Chermet-Carroy